Understanding-your-child1

Il est bien connu que le cycle de vie, en biologie, représente une métaphore qui peut s’adapter à chaque cycle de développement, naturel et artificiel. Plusieurs stratégies d’entreprise s’en inspirent pour implémenter leur business.visuel_cycle_de_vie_sans_logo

Il y en a beaucoup parmi lesquelles choisir. Ce que je vous propose aujourd’hui c’est une abduction à propos du cycle bio-géo-chimique des plantes.

La raison c’est que la succession de phases qui composent la vie complète d’un organisme vivant est très fiable car elle a été perfectionnée par l’évolution à travers des milliers d’années, grâce à des tests empiriques répétés génération après génération.

Pas de soucis, je n’irai pas parler du cycle de l’eau, du carbone, de l’azote, de l’oxygène, du soufre, du phosphore et de la biosphère. De la même manière que on fait avec les enfants pour leur expliquer comment on fait les bébé, je vais vous expliquer le rôle des abeilles et des fleurs…

Les éléments présents dans la nature sont en perpétuel mouvement mais chaque chose a son temps. Pour les animaux c’est moins évident mais ils peuvent/doivent profiter du timing des saisons. Le temps avance naturellement, sans cesse: été, hiver, automne, printemps, été, hiver, automne, printemps…

saisons

Petit à petit, la plante grandit. Au germe peu importe la grandeur maximale qui peut rejoindre son espèce, la chose la plus importante pour lui c’est ne pas mourir et donc ne pas perdre son cycle naturel de croissance! Il y a un temps pour la germination, pour la vegetation, pour la floraison, pour la pollination et pour la fructification. On n’est pas toujours une fleur comme on ne vit pas toujours en été!

Différemment la plante va se stresser trop, en épuiser sa sève.

Bien profiter de tous les moments donne du sens au cycle et à ses différents phases. Les feuilles naissent et meurent, comme les fruits, les branches poussent et se fanent, les insectes aident et perturbent, les amants écrivent leur nom sur l’écorce, et ainsi de suite.

Pour rendre un projet génératif il faut faire pareille. Connaître l’identité de notre plante, nos limites et nos ressources, les dangers et les possibilités et suivre un cycle circulaire de croissance. La vie c’est dans l’interaction avec les éléments naturels, animaux inclus.   Pour la pollinisation, par exemple, il faut des abeilles, et voilà le réseau de nos collaborateurs, usagers, clients. Mais on peut polliniser tout seul, en laissant que soit le vent à faire bouger les fleurs.

Le fruit de votre travail sera un produit, un service ou un événement, le premier résultat de votre travail. Il sera, de toute façon, un moment de saisi et de goûter du public. De même que pour la pollinisation, vous pouvez semer avec l’aide de quelqu’un, en vous laissant manger, ou tout seul, en créant des graines qui peuvent exploiter la puissance du vent. La récolte, donc, peut être spontanée ou artificielle, peu importe. L’important c’est  le résultat, ça veut dire donner du sens aux graines. En effet, chaque personne qui a goûté les fruits est un porteur potentiel des graines.

schéma du cycle de vie du coquelicot, plante annuelle

L’objectif suivant, à ce moment là, sera de préparer le terrain pour accueillir les graines et travailler sur les résultats secondaires de votre travail, la séparation des germes.

L’acte génératif doit être considéré comme un stimulant nécessaire parce que les germes puissent se transformer en projet à promouvoir à travers des fleurs, etc, etc.

Et le voilà, le cycle naturel comme plan de développement d’un projet. Il s’agit d’un style d’adaptation basé sur l’ici et maintenant et pas trop d’un perfectionniste à court terme. Il est nécessaire un développement durable, ou il faut répéter plusieurs cycles au lieu d’imaginer une croissance linéaire et progressive de l’imperfection à l’excellence.

Ce n’est qu’un style, peut-être quelqu’un aura l’habitude à avancer tout droit vers la perfection, pour ne sortir en scène que quand la préparation est satisfaisante.

Processo farfalla

Dans mes discours, je ne parle pas de bonne ou de mauvaise méthode, de vraie ou faux, mieux ou pire, je vous ne propose que des différentes options à choisir.

Changer de méthode signifie se donner la possibilité de changer les résultats. Dans un moment d’impasse, lorsque les anciennes stratégies semblent être plus utiles, donc, je vous invite à essayer de faire différemment. Qui vous êtes aujourd’hui, un coquelicot ou un papillon?

Le choix est à vous, faites vos jeux!